Mail RSS

Pitch et ses piges

C’est la rentrée pour tout le monde. On recommence avec Pitch (Comment), dessinateur jurassien (Suisse)

Pitch , tu es publié et actif dans le dessin de presse (Vigousse, presse locale jurassienne, Quotidien Jurassien, Arc Hebdo), la bande dessinée (les indociles), et les illustrations, la présentation est exhaustive ?
Je ne travaille pas pour le Quotidien Jurassien ! C’est un collègue de Vigousse, jurassien lui aussi, et qui s’appelle presque pareil que moi : l’infâme PIGR ! L’autre dessinateur du QJ étant l’ami Bovée, qui a la délicatesse, lui, de ne pas avoir un nom qui ressemble au mien !!! Présentation exhaustive… voyons… en fait, pour pouvoir vivre de sa passion, il faut savoir varier les plaisirs… je fais également des fresques murales, peintures de décors de théâtre, mais de moins en moins puisque j’ai de plus en plus de travail d’illustration (dessins de presse et « d’humour », comme on dit).

Bigre, tout cela dans des journées de 24 h! Et sinon, comment ça travaille un dessinateur ? Accessoirement, d’où tires-tu ton énergie, à quoi fonctionnes-tu ?
Ça travaille avec des crayons. Et des gommes. Et un ordinateur, des feuilles blanches, des pinceaux, des stylos, des plumes des feutres du café de l’eau un scanner de la goutte (rarement) des clopes (électroniques maintenant) de l’énergie de l’envie des carnets des ratures des recherches des imprimantes des mine de plomb des encas chocolatés (pleins!) des téléphones et des papiers. À peu près. Ici encore, liste non exhaustive…
Pour le dessin de presse, l’inspiration vient de l’actualité. Parfois il faut aller la chercher, parce que tous les sujets ne sont pas inspirants… il faut sans cesse se nourrir d’actualité, que ce soit par la radio, internet, tv, journaux, etc.
Pour les dessins d’humour, pour illustrer des articles ou des fascicules, il faut juste avoir l’esprit un peu dérangé… ça aide.
Et j’adore dessiner. C’est mieux d’aimer ça, d’ailleurs. Parce qu’il n’est pas rare d’être à sa table de dessin de 8h à 19h…
Pour les dessins de presse, plus politiques, j’aimerais être le bouffon, l’amuseur public. Rester irrévérencieux envers les élites qui nous gouvernent… non pas irrespectueux, hein. Et parfois foutre un coup de pied dans la fourmilière, secouer le cocotier.

Evidemment, j’aurais dû me douter qu’à question bateau… Sinon je peux aussi rebondir sur mon bateau et te dire que aimer dessiner ça doit aider… l’Artpigiste est un magazine dont la spécialité est plutôt la musique. Quel est ton rapport à la musique ? que représente la musique dans ta vie ?
J’écoute peu de musique quand je travaille. J’aime le silence… ça me laisse concentré pour trouver des idées quand je lis des articles, potasse la presse sur internet… mais parfois, quand le travail ne nécessite pas une grande réflexion (par exemple lors de la mise en couleur de planches de bande dessinée), je me mets de la musique à fond. Je suis très éclectique dans mes choix… ça va des Têtes Raides à Chopin, de Nino Ferrer à Björk, de Reggiani à Sim’s, en passant par Depeche Mode ou Ferré.

Eclectique et électrique on dira, on va dire que même là, tu fais dans la dentelle. Pratiques-tu un autre art que celui lié au dessin ? Es-tu musicien toi-même ? Chanteur ?

J’ai étudié, dans mon jeune âge, le piano. J’ai dû le pratiquer durant une dizaine d’année. J’ai toujours un piano chez moi et je vais le cogner de temps en temps. J’ai aussi été chanteur dans un groupe quand j’étudiais le dessin à Neuchâtel. J’avais 16 ans et je chantais comme une casserole ! mais ça allait très bien pour la musique qu’on pratiquait. Je dirais que c’était même un PLUS ! On a malheureusement pas rencontré notre public et on a splités ! Haha, ce terme me revient direct en ce moment… splité… faut dire qu’on sortait rarement de notre cave pour jouer devant des vrais gens. Il y avait tout pour être heureux… dans cette cave…

C’est le lot de beaucoup de groupes. Et au fond, le principal n’est-il pas d’avoir, de se faire plaisir… Tu as récemment participé à une expo temporaire, dans une galerie extérieure, celle de la fameuse Balade de Séprais. C’était la première fois d’ailleurs qu’y étaint exposées des œuvres non permanentes. Y avait-il un cahier des charges, et qu’à de différent ce genre d’exercice ?
L’expo s’est terminée en octobre. J’étais totalement libre de faire les dessins que je voulais. Le cahier des charges était : « amuse-toi avec la Balade, ses œuvres, ses artistes, l’Art, la sculpture, etc. Vas-y ! » c’est un bon cahier des charges, non ?
Pour moi, ça rejoint un peu les autres mandats que je peux avoir (comme d’illustrer une brochure pour l’école ou un livre comme « les 7 clichés capitaux »), sauf que c’est en plein air. Je me balade, j’observe, j’étudie le contenu, je « lis » l’exposition… des idées me viennent et je les dessine. En y retournant à plusieurs reprises, d’autres idées émergent, ou d’anciennes se précisent. J’adore faire ce genre d’exercice. Toujours dans l’amusement. Mais sérieusement. Enfin… pas trop sérieux quand même…

Les gens qui ont la chance d’aimer leur travail ont tous cette joie de le pratiquer, c’est un luxe.. Quels sont tes projets en cours, à venir ?
Le 5ème et dernier tome des Indociles sort ce mois de janvier, j’aurai des dédicaces en librairies, salons, festivals tout au long de l’année, dont le festival d’Angoulême fin janvier… mais c’est une page qui se tourne. Une grosse page, car ce fut un sacré projet qui nous a pris 7 ans de travail ! Je n’ai rien de précis quant à la suite… si ce n’est continuer de croquer l’actualité jurassienne chaque semaine dans l’Arc Hebdo, l’actualité suisse et étrangère pour Vigousse chaque vendredi, j’ai toujours quelques petits mandats qui courent par-ci par-là… les semaines passent très vite ! J’ai des projets encore vagues, et des envies qui restent pour l’instant des envies… Pitch les indociles
J’aimerais beaucoup partir un mois ce printemps, avec mon amie. Loin, très loin, et dessiner. C’est un de mes grands bonheurs : partir et dessiner ce que je vois, ce qui m’entoure, découvrir d’autres pays, aussi à travers le dessin. Ça permet de s’approprier un peu le décor, en tout cas de le vivre différemment. J’ai l’habitude de résumer nos journées en dessin, chaque soir, lors de nos voyages, en petite bandes dessinées vite-faites-mal-faites. Comme j’ai une mémoire à trous, c’est très pratique pour revivre le voyage quelques années après.
Et pourquoi pas une petite exposition du résultat de ce voyage en fin d’année. Si j’arrive à partir, bien entendu !

7 ans, ou un cycle selon d’aucuns. Et pour terminer, tu nous dessinerais un mouton ?
Non, merci. Et vous ?
Allez, je ne vous en fait pas un, mais trois, une publication Vigousse !
pitch moution

Merci Pitch, nous n’aurions pas osé nous risquer à l’exercice du dessin, chacun ses passions. l’Artpigiste te souhaite un avenir sous forme de feuille blanche que tu pourras façonner, colorier, modifier à loisir afin que nous puissions aussi en rire, à pleines dents ou jaune, voyager et/ou rêver avec toi.
Quant à nous n’ayons pas peur et soyons un peu indociles !

Sites de l’artiste : http://pitch-comment.blogspot.ch et http://super-elector.blogspot.ch
Balade de Séprais http://www.balade-seprais.ch

écrit par Babeth

Babeth

Share Button

Laisser un commentaire